Les meilleures pratiques de résilience de Ubinig (Bangladesh)

« Pratiques agroécologiques Nayakrishi et préservation des richesses semencières » est une pratique inspirante développée au Bangladesh par UBINIG (Policy Research for Development Alternative), l’une des membres de la Plateforme Féministe pour la Terre (FLP).

UBINIG dirige le Nayakrishi Andolon, un nouveau mouvement agricole qui pratique une agriculture basée sur la biodiversité et qui réunit plus de 300 000 familles d’agriculteurs et agricultrices dans tout le Bangladesh.

L’organisation travaille au niveau local, résolvant les défis liés aux moyens de subsistance et à l’existence des communautés dans une économie de plus en plus mondialisée et intensément compétitive, et aussi au niveau politique, en plaidant pour de meilleures solutions aux défis qui affectent la vie de la majorité, en particulier des personnes marginalisées.

La FLP a récemment cartographié certaines des meilleures pratiques de résilience de nos membres afin que d’autres communautés et organisations puissent apprendre et adapter des outils et des stratégies à leurs réalités locales. Dans cet article, nous parlerons d’une des pratiques inspirantes développées au Mexique par MUDECI.

Ceci fait partie d’une série d’articles détaillant les meilleures pratiques de chaque organisation qui compose la FLP. Consultez notre blog pour lire les autres !

Pratiques agroécologiques Nayakrishi et préservation de la richesse semencière

Cet article est basé sur des pratiques mises en œuvre dans cinq districts du Bangladesh : Tangail (zone de plaine inondable), Pabna, Natore et Kushtia (zones sujettes à la sécheresse) et Cox’sbazar (zone côtière). Le projet bénéficie à plus de 80 000 agriculteurs, parmi lesquels 47 000 femmes.

Nayakrishi Andolon est un mouvement paysan fondé sur la biodiversité, créé en 1992 et dirigé par des femmes. Leur pratique suit 10 principes, dont l’interdiction d’utiliser des pesticides, des engrais chimiques ou l’extraction des eaux souterraines. Ils plaident pour l’utilisation de semences de variétés locales et pour la collecte, la régénération et l’échange de semences entre agriculteurs.

Jusqu’à présent, le mouvement a collecté plus de 2 700 variétés de riz et 1 000 variétés d’autres cultures, notamment des légumes, de l’huile, des épices, des fruits, etc. Il conserve également des semences pour les crises liées au changement climatique telles que les inondations, les sécheresses et les cyclones.

Les semences sont conservées au Community Seed Wealth Centre (CSW), créé en 1998 en tant que système institutionnel pour le Nayakrishi Seed Network (NSN). « Les principaux CSW sont situés dans les centres de UBINIG à Tangail et Pabna. Des cabanes à semences au niveau des villages font également partie du CSW. Les agricultrices et agriculteurs déposent et récupèrent les semences auprès des CSW », explique Farida Akhter, directrice exécutive de l’UBINIG.

Les communautés concernées sont pour la plupart composées de petits agriculteurs et agricultrices possédant chacun moins d’un hectare de terre. Grâce à cette pratique, ils reçoivent régulièrement des formations sur la conservation des semences et les méthodes agroécologiques.

Ceux qui ne possèdent pas de terre élèvent des chèvres et des vaches et travaillent avec les agricultrices et agriculteurs. Ils partagent la bouse de vache et le lait avec les familles propriétaires et reçoivent en échange de la paille et d’autres fourrages.

Grâce à ce projet, les terres communes sont préservées et exemptes de produits chimiques nocifs, donc les femmes pauvres et sans terre peuvent avoir accès aux plantes comestibles et au pâturage du bétail.

Les relations communautaires reposent également sur l’échange et le partage de semences, ce qui contribue à accroître la diversité des cultures. En cas de catastrophe naturelle, les agriculteurs et agricultrices partagent les semences avec ceux qui ont perdu leurs récoltes et leurs semences.

Pour le développement de cette pratique, UBINIG s’associe au Department of Agricultural Extension, aux banques de gènes du gouvernement du Bangladesh et aux groupes de femmes des 64 districts du pays qui composent le Réseau Femmes et Biodiversité (Women and Biodiversity Network). Ces groupes travaillent avec les agricultrices et agriculteurs dans leurs régions respectives et prennent les semences dont ils ont besoin auprès des CSW.

Principaux résultats et défis

Les agricultrices et agriculteurs ont commencé avec moins d’un hectare, mais beaucoup d’entre eux ont pu agrandir leurs terres au fil des années. Il a également été constaté que les femmes ressentaient le besoin d’acheter des terres en leur nom avec les économies réalisées grâce à l’élevage de vaches et de chèvres.

Un résultat important de ces pratiques agricoles a été que de nombreux femmes qui dirigent des ménages (divorcées et jeunes veuves) ont pu acheter ou louer des terres pour les cultiver et devenir autosuffisants en nourriture, puisque les méthodes agroécologiques ne nécessitent pas d’argent pour acheter des produits chimiques tels que engrais et pesticides.

« De plus en plus de personnes rejoignent ce mouvement et les agricultrices organisent des réunions sur les semences et échangent leurs connaissances avec différents groupes. En février 2024, elles ont accueilli des agriculteurs et agricultrices du Sri Lanka et du Myanmar », ajoute Akhter.

Elle souligne également que les agricultrices Nayakrishi sont devenues plus conscientes de leurs droits fonciers et en discutent plus souvent. « Elles parlent aussi des rivières, qui permettent de cultiver des variétés locales particulières. Mais avec la pollution des rivières, ces possibilités disparaissent », prévient-elle.

Cette pratique est liée à un mouvement plus large en faveur de la souveraineté alimentaire et semencière, et Akhter souligne qu’ils sont confrontés à de nombreux défis en raison de l’utilisation des semences de laboratoire par des entreprises, y compris les OGM, et du fait qu’il n’y a aucun soutien gouvernemental pour les petits agriculteurs et agricultrices.

« La loi sur les semences du pays est conçue pour les sociétés de sélection de semences ; ainsi, les droits des agriculteurs et agricultrices sont violés. Le mouvement est donc significatif pour les communautés », conclut Akhter.

Les meilleures pratiques de résilience de MUDECI (Mexique)

« Semeurs d’espoir : jardins urbains pour la sécurité alimentaire et la résilience communautaire » est l’une des meilleures pratiques de résilience développées par l’organisation Mujeres, Democracia y Ciudadanía A.C. (MUDECI), l’une des membres de la Plateforme Féministe pour la Terre (FLP).

MUDECI est une association à but non lucratif créée en 2013 au Mexique par des femmes de base possédant une vaste expérience du travail territorial et de l’activisme. Sa mission est d’assurer la reconnaissance publique du leadership des groupes de femmes organisés sur le territoire en tant qu’agents de changement et de positionner leurs organisations locales dirigées par des femmes comme forces motrices dans l’établissement de l’agenda public et la responsabilité politique.

La FLP a récemment cartographié certaines des meilleures pratiques de résilience de nos membres afin que d’autres communautés et organisations puissent apprendre et adapter des outils et des stratégies à leurs réalités locales. Dans cet article, nous parlerons d’une des pratiques inspirantes développées au Mexique par MUDECI.

Ceci fait partie d’une série d’articles détaillant les meilleures pratiques de chaque organisation qui compose la FLP. Consultez notre blog pour lire les autres !

Centre de formation en agriculture urbaine

Ecatepec, située à la périphérie de Mexico, est une municipalité essentiellement urbaine modifiée par la migration interne au pays. Dans les années 60 et 70, elle était fortement occupée par des personnes venant des communautés rurales en quête de meilleures conditions de vie. Étant donné que ses premiers habitants se consacraient à la culture du riz, la tradition de la culture dans les vergers de basse-cour a continué.

C’est là que MUDECI développe, depuis mai 2022, un centre de formation en agriculture urbaine dans le but d’apprendre aux populations locales à cultiver des jardins potagers pour l’autoconsommation.

Les jardins urbains de basse-cour étaient considérés comme une opportunité de réduire l’insécurité alimentaire dans laquelle se trouvaient de nombreuses personnes, en particulier celles qui ont perdu leurs moyens de subsistance pendant la pandémie de COVID-19. Ces personnes peuvent ainsi avoir accès à des aliments biologiques et également vendre ou partager le surplus de leur production avec leurs voisins.

L’aménagement et l’entretien des jardins urbains répondent à plusieurs besoins contemporains, tels que le renforcement des communautés, l’amélioration du paysage, l’habitabilité urbaine, le loisir, l’éducation environnementale, l’utilisation de l’eau de pluie et l’appropriation de l’espace public.

Cela vient également de la compréhension que le droit à la terre est essentiel à la préservation des différents systèmes alimentaires locaux, où la consommation est moins marchandisée et où les connaissances et pratiques alimentaires traditionnelles sont valorisées.

Ce projet est le résultat de l’échange d’expériences entre des femmes de base du Mexique et du Nicaragua et aussi de Toluca, Tejupilco, de l’État de Mexico et de Jojutla.

Le pouvoir transformateur des jardins urbains

« Notre initiative a contribué à renforcer l’agriculture urbaine comme alternative viable pour la production alimentaire dans de petits espaces », déclare Elsa María Arroyo Hernández, coordinatrice générale de MUDECI.

MUDECI a eu un impact positif sur la communauté grâce à ses différentes initiatives, telles que le projet de jardins potagers, une cuisine communautaire, le Jardin École Paulo Freire et la commercialisation de produits locaux.

Selon l’organisation, ces initiatives ont contribué à améliorer la sécurité alimentaire, à renforcer l’autonomie des femmes, à renforcer l’économie locale et à promouvoir l’agriculture urbaine et l’agroécologie. Les femmes ont assumé des rôles de leadership dans la planification et la mise en œuvre d’initiatives de résilience climatique.

Les communautés ont diversifié leurs cultures pour réduire leur dépendance à l’égard des cultures sensibles au climat. Des pratiques agroécologiques telles que le captage des eaux de pluie, l’utilisation d’engrais organiques et la plantation de cultures de couverture ont été mises en œuvre pour améliorer la santé des sols et leur résistance au climat. Enfin, des systèmes d’irrigation efficaces ont été développés pour optimiser l’utilisation de l’eau et réduire la vulnérabilité à la sécheresse, comme dans leur jardin hydroponique et leur toit vert.

Hernández souligne que la participation des femmes de base dans la planification, l’exécution et l’évaluation des projets a été très importante, car elles ont contribué avec des connaissances ancestrales héritées de génération en génération.

« Ceci a été une communauté agricole et il y a beaucoup de connaissances sur la terre, qui ont été enrichies par la contribution d’une ingénieure agronome qui nous a soutenu. La joie avec laquelle se déroulent les activités de préparation de la terre, de plantation et principalement de distribution de la récolte est également importante. De cette façon, le travail communautaire est renforcé pour le bien commun », ajoute-t-elle.

Quelques-uns des résultats obtenus jusqu’à présent :

• 100 garçons et filles, 120 femmes et 12 hommes ont été formés aux pratiques agroécologiques, à l’élevage de lapins et de poulets fermiers.

• Le projet a été sélectionné par le International Institute for Environment and Development (IIED) comme étude de cas.

• Elles ont doublé leur objectif de servir 1 500 repas dans leur cuisine communautaire.

Comme partenaires de cette pratique, MUDECI compte sur le Centro de Investigaciones Económicas, Sociales y Tecnológicas en Agronegocios y Agricultura Mundial (CIESTAAM) (CIESTAAM) de l’Université Autonome de Chapingo et sur la Central Campesina Cardenista et le Réseau des femmes agricultrices, productrices et artisanes du Mexique.

Les meilleures pratiques de résilience d’Azul (Maroc)

« L’application pour cartographier des cas de spoliation » est une pratique développée par Meriem Bentarjem et la Dr Soraya El Kahlaoui, co-fondatrice de la plateforme projet Traab, en partenariat avec l’organisation Azul (Maroc), l’une des membres de la Plateforme Féministe pour la Terre (FLP).

Azul œuvre pour redonner aux Amazighs (peuples autochtones du Maroc et d’Afrique du Nord) leur statut de citoyens à part entière, par opposition à leur manque actuel de pouvoir de décision et de souveraineté sur leur patrimoine matériel et immatériel.

Sa mission est de sensibiliser et mobiliser la population pour mieux faire face aux problèmes liés à la terre, aux ressources naturelles, aux inégalités socio-économiques, à la destruction des écosystèmes et à leurs conséquences sur les individus et les communautés.

Nous à la FLP avons cartographié les meilleures pratiques de résilience de nos membres afin que d’autres communautés et organisations puissent apprendre et adapter des outils et des stratégies à leurs réalités locales. Dans cet article nous parlerons d’une des pratiques inspirantes développées au Maroc par Azul.

Ceci fait partie d’une série d’articles détaillant les bonnes pratiques de chaque organisation FLP. Consultez notre blog pour lire les autres !

Application pour cartographier des cas de spoliation

Cette pratique a débuté en avril 2022 et se développe sur tout le territoire marocain et dans certaines régions de Tunisie où les problèmes de spoliation et d’expropriations sont constatés.

Elle bénéficiera aux peuples amazighs/autochtones à travers le Maroc et à toutes les communautés victimes d’expropriation foncière. Les femmes rurales, appelées Soulaliyates, représentent une part considérable des titulaires de droits sur les terres collectives.

La région du Maroc et de l’Afrique du Nord a été en grande partie colonisée par la France, qui a mis en œuvre des lois que les États continuent d’appliquer pour déposséder les peuples autochtones de leurs terres, territoires et ressources naturelles.

Depuis des siècles, les Amazighs ont développé plusieurs pratiques essentiellement liées à la terre (agriculture), aux territoires (élevage et transhumance) et aux ressources naturelles. Ses activités dépendent fondamentalement des spécificités et de la disponibilité des ressources et d’un souci sur l’adaptation et la protection des écosystèmes et la biodiversité.

L’emplacement spatial des Amazighs conditionne leur mode de vie et leur culture et leur confère leur identité ancestrale. Déposséder les Amazighs de leurs terres revient à les arracher à leur territoire et à les contraindre à migrer ailleurs, et confisquer leurs droits sur leurs ressources les maintient dans une précarité sans possibilité de développement. Cela les met dans des conditions vulnérables et les rend facilement assimilables.

Les communautés autochtones des zones rurales sont particulièrement ciblées par la privatisation des terres et de leurs ressources. De même, les communautés urbaines marginalisées vivant dans des bidonvilles et des zones périurbaines sont également soumises à des procédures d’expulsion.

« La prolifération des actes frauduleux et des activités illégales est telle qu’il existe ce qu’on appelle une « mafia foncière » qui sévit dans toutes les régions du Maroc visant à monopoliser les terres au détriment de ses propriétaires légitimes. Ce pillage trouve un terrain fertile dans la législation, l’impunité, les jeux de pouvoir, la fragilité des communautés, l’inefficacité des tribunaux, la connivence des magistrats et la politique agricole, qui font que le droit et la justice n’ont plus leur place, notamment en matière de terres, soit pour les communautés, soit pour les femmes, dernier maillon d’une chaîne fragilisée », explique Amina Amharech, membre fondatrice d’Azul.

Selon elle, la principale difficulté réside aujourd’hui dans l’absence d’une base de données qui pourrait recenser tous les cas de dépossessions pour établir une cartographie exhaustive de l’ampleur du problème – c’est pourquoi cet projet a été créé.

Comment fonctionne le projet

Ce projet a pour objectif de collecter des informations sur les conflits fonciers pour identifier les communautés touchées, dresser une cartographie complète du problème et faire entendre la voix des communautés dépossédées.

A travers la pratique de la « contre-cartographie », elle vise à cartographier les conflits fonciers en Afrique du Nord, et principalement au Maroc et en Tunisie, en créant une plateforme web open source combinant cartographie interactive et narration. Le projet s’appuie également sur le développement d’une application pour proposer un outil de collecte de données open source.

Il comporte deux volets :

• La cartographie des conflits fonciers : Il est prévu qu’environ 50 communautés bénéficieront d’une visibilité de leurs revendications via la plateforme web.

• L’application : Les membres du réseau communautaire Amazigh Azul seront formés à l’utilisation de l’application pour collecter des données sur les conflits fonciers.

Il convient de noter qu’une attention particulière sera portée à la question des femmes, qui constituent le groupe social le plus impacté dans tout processus de discrimination et de marginalisation, et notamment en termes d’accès à la propriété et à la terre.

Les femmes reçoivent rarement une indemnisation en cas de transfert de terrain, se retrouvent souvent sans offre de relogement, et sont exclues des négociations. Le projet veillera à ce que la question de l’équité entre les sexes soit représentée dans la cartographie des conflits fonciers et se concentrera sur l’approche du genre pour construire des alternatives.

Grâce à l’application, à une base de données fiable et à une cartographie précise, les voix des femmes seront plus audibles et l’impact du déni de leurs droits sera plus visible. Il s’agit d’une étape essentielle pour changer les lois et soutenir efficacement les revendications des femmes à différents niveaux, bénéficiant ainsi également à l’ensemble du réseau FLP.

Il est aussi important de noter que les résultats de ce projet renforceront une autre bonne pratique d’Azul, à savoir le plaidoyer au niveau international pour la reconnaissance des droits des Amazighs en tant que peuple autochtone, mais aussi pour pouvoir appeler à une refonte des lois foncières.

L’opportunité de développer une deuxième phase de ce projet permettra à Azul de capaciter les communautés à l’utilisation de l’application de collecte de données. A cet effet, des ateliers de formation seront organisés avec différentes communautés. Une attention particulière sera accordée à la formation des femmes enquêtrices.

Dans ce projet, Azul collabore avec la Dr Soraya El Kahlaoui (boursière Marie Skłodowska-Curie), chercheuse principale du projet Traab, et ses partenaires du projet, dont l’Université de Gand.

Pour mieux comprendre les problèmes rencontrés par le peuple amazigh, lisez cet article d’Amina Amharech sur le site web d’IWGIA (en anglais).

Les meilleures pratiques de résilience de l’Espaço Feminista (Brésil)

« La régularisation foncière comme garantie des droits fonciers des femmes » est l’une des meilleures pratiques de résilience développées par l’organisation Espaço Feminista do Nordeste para a Democracia e Direitos Humanos (Brésil), l’un des membres de la Plateforme Féministe pour la Terre (FLP).

Fondée en 2008, Espaço Feminista travaille dans des domaines tels que :

  • Production de connaissances sur la situation des femmes, en réalisant diverses études, recherches et publications.
  • Processus de formation visant à valoriser les femmes en tant que sujets autonomes (citoyennes) et à encourager leur participation à la formulation et au suivi des politiques publiques.
  • Articulation et plaidoyer nationaux et internationaux.

FLP a récemment cartographié certaines des meilleures pratiques de résilience de nos membres afin que d’autres communautés et organisations puissent apprendre et adapter des outils et des stratégies à leurs réalités locales. Dans cet article, nous parlerons d’une des pratiques inspirantes développées au Brésil par Espaço Feminista (EF).

Ceci fait partie d’une série d’articles détaillant les meilleures pratiques de chaque organisation qui compose la FLP. Consultez notre blog pour lire les autres !

La régularisation foncière comme garantie des droits fonciers des femmes

Cette pratique est actuellement développée dans la municipalité de Bonito, dans l’État de Pernambuco (Brésil), dans 15 quartiers informels créés par le gouvernement municipal mais jamais régularisés.

À travers ce travail, Espaço Feminista vise à lutter contre l’inégalité des droits à la terre et au logement pour les femmes, les familles à faible revenu et les mères célibataires (ou les familles de femmes seules). C’est pourquoi ils examinent les droits à la terre et au logement du point de vue des droits fonciers des femmes.

« Nous abordons et analysons toutes les conséquences perverses provoquées par le manque de droits à la terre et au logement en termes d’insécurité et de violence dans la vie et les moyens de subsistance des femmes », explique Patrícia Chaves, directrice exécutive d’Espaço Feminista.

EF travaille en partenariat avec le gouvernement municipal de Bonito, dans le but d’assurer la sécurité foncière d’environ 5 000 familles dans les 15 quartiers informels. Le travail comprend un cadastre socio-économique de toutes les familles vivant dans les quartiers informels, une étude topographique avec l’identification de chaque propriété, une enquête sur les infrastructures des quartiers et des entretiens individuels pour la collecte de données et de documents.

Espaço Feminista aide l’équipe technique du programme « Minha Casa é Legal » de la Mairie de Bonito sur les aspects juridiques, notamment sur les manières de garantir que la priorité soit donnée aux femmes. De plus, il rédige un projet qui est ensuite envoyé au bureau d’état civil. L’action dispose également d’une équipe locale qui développe des ateliers de sensibilisation avec les résidents, répond aux questions et les guide pour garantir la préférence au moment du titrage.

Jusqu’à présent, 4 des 15 zones ont été complétées et les enquêtes sont en cours dans 5 zones.

Cette pratique s’avère efficace pour assurer l’autonomie, la sécurité foncière et le logement des femmes et de leurs familles, en particulier celles qui souffrent d’une plus grande vulnérabilité parce qu’elles ont une connaissance très limitée de leurs droits ou sont en relations informelles avec leurs partenaires. Beaucoup sont des secondes épouses et sont vulnérables au marché informel de la vente de lots.

L’action promeut également l’autonomie des femmes à plusieurs niveaux, tels que l’autonomie dans la décision sur leur résidence, la garantie de la sécurité pour les prochaines générations et la possibilité de générer une autonomie financière avec la sécurité de la terre en leur nom.

« Ce document est une bénédiction. Je pensais que ma maison n’aurait jamais de document. Et aujourd’hui, je l’ai entre les mains, Dieu merci ! », a déclaré la bénéficiaire Maria Madalena da Silva dans la vidéo ci-dessous, réalisée par Espaço Feminista :

« Notre travail est un moyen de surmonter l’injustice à laquelle les femmes sont confrontées en raison de l’informalité et de ses conséquences, telles que les transactions informelles à leur insu ou sans leur consentement, ainsi que les problèmes de violence patrimoniale ancrés dans notre culture patriarcale et très présents dans la vie des femmes à faible revenu, vivant dans une totale informalité », ajoute Patrícia Chaves.

Quelques-uns des résultats obtenus jusqu’à présent :

  • Le 11 mars 2021, la première zone comprenant 479 propriétés (terrain et maison) a été enregistrée et des certificats ont été remis aux résidents, dont 69% au nom de femmes, en titres individuels ou conjoints.
  • Le 11 mars 2022, le deuxième zone a été délivré, bénéficiant cette fois à 150 familles, dont 50 % sont allés aux femmes sous forme d’enregistrement individuel et 35 % étaient des titres conjoints – femme et homme – mais parmi celles-ci, 69 % portaient le nom de la femme comme première titulaire.
  • La troisième zone, appelée Frei Damião, a été conclue en novembre 2022, bénéficiant directement à 741 familles. Plus de 70 % des titres fonciers avaient pour bénéficiaires les femmes. Dans cette zone, le nombre de mères célibataires était très élevé et EF développe une analyse des résultats et crée les conditions nécessaires pour réaliser une évaluation d’impact.
  • La quatrième zone, Ben-ti-vi, a été conclue. Des parcelles de terrain seront distribuées à 280 familles, dont la plupart sont des femmes.
  • La pratique est structurée, très bien documentée et diffusée et offre une série de possibilités d’évaluation future sur l’impact direct sur la vie des femmes et de leurs familles, en particulier les femmes soignantes qui, dans de nombreux cas, s’occupent de leurs petits-enfants pour permettre à leurs filles de travailler.

Pour plus d’informations sur cette pratique, regardez la vidéo sur la chaîne YouTube de Cadasta:

Comme partenaires dans cette pratique, Espaço Feminista compte sur le Gouvernement Municipal de Bonito ; Procureur général de la municipalité de Bonito ; Bureau d’enregistrement immobilier de Bonito ; et le Tribunal de Justice de l’État de Pernambuco. Le travail est soutenu par le WellSpring Philanthropic Fund, Landesa et la Fondation Cadasta.

Vous aimerez peut-être aussi lire le texte (en anglais) Transforming our cities by addressing gender deficit in land titles in Brazil, publié par Patrícia Chaves sur Urbanet.

La FLP promeut une réunion régionale en Amérique latine aux côtés de la Marcha das Margaridas, au Brésil

La différence de langues et d’origines géographiques n’est pas un obstacle à la création de liens d’affection et de lutte. La preuve en est l’expérience partagée par les femmes de la Plateforme Féministe pour la Terre (FLP) lors de la rencontre régionale tenue à Brasilia, capitale du Brésil, entre le 13 et le 16 août.

Au cours de trois moments très spéciaux, ces femmes diverses se sont réunies pour se renforcer mutuellement, ainsi que leurs organisations et la Plateforme.

Les deux premiers jours s’est tenue la réunion régionale des organisations FLP d’Amérique Latine : Espaço Feminista (Brésil), Luna Creciente (Équateur), Fundación Plurales (Argentine) et MUDECI (Mexique), réunissant 15 femmes des quatre pays. Dans le troisième jour, elles ont rejoint 25 autres femmes de l’État de Pernambuco, au nord-est du Brésil, qui représentent les différents territoires, communautés et identités qui composent Espaço Feminista.

Tous ces processus ont culminé le dernier jour de l’événement, avec la participation à la Marcha das Margaridas (Marche des Marguerites). L’une des plus grandes mobilisations féministes d’Amérique latine, la marche a lieu tous les quatre ans et rassemble plus de 100 000 femmes à Brasilia.

Rencontre régionale de la Plateforme Féministe pour la Terre

Lors de la rencontre régionale, promue par le FLP grâce au soutien de la Fondation Ford, les organisations membres de la Plateforme en Amérique Latine étaient représentées non seulement par leurs dirigeantes, mais aussi par d’autres femmes qui composent les organisations et sont leaders sur leurs territoires.

« Cette rencontre était très importante pour nous. Nous avons pu discuter des actions menées jusqu’à présent et planifier ce qui est le plus pertinent pour les organisations et la Plateforme dans les années à venir. Cela se fait à travers un processus d’écoute et de discussion collective, basé sur les expériences et les besoins de chaque organisation », a déclaré Patrícia Chaves, d’Espaço Feminista.

Au cours de la réunion de deux jours, des sujets tels que le plaidoyer politique qualifié, la formation politique féministe, la mobilisation des ressources, la démocratisation de l’accès à l’information et à la production de connaissances, la communication par des moyens contre-hégémoniques et la défense de la nature ont été débattus, avec une nette opposition à l’extractivisme et une appréciation de la sagesse des peuples traditionnels.

« Nous avons réfléchi sur la systématisation du travail et de l’expérience des femmes leaders communautaires et sur l’importance de sauver nos pratiques de travail et de les partager avec les femmes de notre réseau mondial », a souligné Elsa Maria Arroyo, de MUDECI.

En petits groupes puis ensemble, elles ont partagé les principales stratégies adoptées par leurs organisations et les besoins qu’elles ressentent pour aller plus loin dans leurs missions. Sur cette base, les participantes ont défini des stratégies pour accroître l’impact de la Plateforme, atteignant ainsi des espaces de plus en plus larges en fonction de leurs connaissances, de leurs voix et de leurs perspectives.

Verónica Luna, de la Fundación Plurales, considère que la participation à des espaces d’échange, d’apprentissage et de décision collective comme celui-ci a des répercussions sur les actions quotidiennes des organisations : « Avec ça, chaque personne et chaque organisation se développe encore plus dans l’exercice de la citoyenneté, tout comme la démocratie, qui semble aujourd’hui si fragile et dont il faut prendre soin. »

Rencontre avec des femmes de Pernambuco

Dans un deuxième moment, 25 agricultrices, pêcheures et quilombolas venant de différentes parties de l’État de Pernambuco ont rejoint les femmes déjà présentes à Brasilia. Elles ont vécu un espace d’échanges passionnant qui a contribué à donner une dimension plus large à leurs luttes, renforçant la perspective selon laquelle les problèmes qu’elles rencontrent sur leurs territoires sont structurels et communs à tous les pays du Sud.

« C’était un moment très important non seulement pour la Plateforme, mais aussi pour les femmes d’Espaço Feminista, car cela a créé un lien entre elles. Une agricultrice de Pernambuco présente à la réunion a résumé cette expérience : elle a dit qu’elle ne voyait que la réalité de la municipalité de Bonito, où elle vit, et lors de ce voyage, elle a réalisé qu’elle n’est pas seule et que sa lutte est la même que celle de milliers de femmes, que ce soit en Argentine, au Mexique, en Équateur… », a souligné Patrícia Chaves.

De même, les compagnes d’autres pays étaient heureuses de l’opportunité de connaître la lutte des femmes de Pernambuco, comme le rapporte Elsa Maria Arroyo : « Ce sont des femmes inspirantes, comme celles qui font partie des quilombos, qui se battent pour obtenir des titres de propriété des terres et sont un symbole historique de résistance héroïque contre l’esclavage et l’oppression. »

Marcher ensemble dans la Marcha das Margaridas

Enfin, les deux groupes unis se sont joints aux plus de 100 000 femmes de la campagne, des forêts, des eaux et des villes qui ont pris les rues de Brasilia le 16 août pour manifester pour le droit à la terre et aux territoires, pour la fin de la violence contre les femmes, et pour santé et éducation.

L’une des plus grandes actions de femmes d’Amérique Latine, la Marcha das Margaridas (Marche des Marguerites) rend hommage à Margarida Alves, une dirigeante syndicale cruellement assassinée il y a 40 ans pour avoir défendu les droits des travailleurs ruraux. Dans sa 7ème édition, la manifestation avait pour devise « Pour la reconstruction du Brésil et pour le bien-vivre ».

Les femmes des autres pays latins ont marché aux côtés de celles de Pernambuco, renforçant ainsi leurs liens de solidarité. « Marcher ensemble avec des camarades de différents espaces, organisations et pays, mais avec le même idéal, a été un honneur et un privilège. Prendre l’espace public et faire entendre nos voix, des milliers de voix, est une pratique que nous devons valoriser », a ajouté Verónica Luna. « Cette expérience a apporté une perspective de résistance collective et d’appartenance. À ce moment-là, nous étions toutes sœurs”, a défini Patrícia Chaves.

« Avoir participé à cette mobilisation au sein de la délégation internationale et invitée par la Plateforme Féministe pour la Terre a été une expérience merveilleuse qui montre que Margarita Alves n’est pas morte, elle vit dans la mémoire du peuple brésilien. », a ajouté Elsa Maria Arroyo.

Yenny Nazareno, de Luna Creciente, a souligné que des femmes des cinq continents étaient présentes : « et nous avons toutes crié d’une seule voix, sans distinction de langue ou de race. Nous avons marché et dit que nous n’étions pas seuls et qu’ensemble, nous pouvons transformer le monde ».

Zita Suárez, de la même organisation, s’est montrée ravie de l’opportunité de participer à l’événement : « J’ai pu partager des énergies positives avec des milliers de femmes autonomes, nous fournissant des bonnes énergies pour continuer nos processus de combat ».

Après ces journées enrichissantes, les femmes de la Plateforme Féministe pour la Terre continuent leurs combats, désormais encore plus renforcés, en luttant pour le Bien Vivre et en expérimentant jour après jour ce qu’elles chantaient ensemble dans les rues de Brasilia : « Nous continuerons à marcher, attentives et fortes, nous continuerons ensemble ».

Tin Hinan participe au 1er Festival des Féministes au Burkina Faso

Depuis 2015, le Burkina Faso est confronté à la violence de groupes terroristes. Entre autres problèmes graves, cela provoque de nombreux déplacements internes. Les enfants et les femmes sont les populations les plus touchées et, entre autres violations des droits, subissent des violences sexistes et sexuelles.

La résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité des Nations unies souligne l’importance de répondre aux besoins des femmes et des filles victimes de violence, d’assurer la participation des femmes aux processus décisionnels, en particulier dans les zones à risque ou touchées par des conflits, en plus d’autonomiser les femmes et les filles et promouvoir l’égalité des sexes pour parvenir à une paix durable. Cependant, cela ne se produit pas dans la pratique au Burkina Faso.

Pour cette raison, l’Initiative Pananetugri pour le Bien-être de la Femme (IPBF), en collaboration avec le Collectif des Féministes du Burkina Faso, a organisé en mars de cette année la 1ère édition du Festival des Féministes, autour du thème « Féminisme, Paix et Sécurité ». Des femmes leaders d’associations et des chercheures ont été invitées à dire un mot par rapport à la situation sécuritaire dans laquelle se trouve le pays.

Parmi elles était Saoudata Aboubacrine, de l’association Tin Hinan, membre de la Plateforme Féministe pour la Terre. Saoudata a partagé ses expériences avec ses pairs et a appelé les décideurs, aussi bien au niveau national qu’international, d’appliquer les textes qu’ils adoptent en mettant en œuvre leurs engagements.

Elle s’est également adressée aux filles et aux femmes, en leur exhortant de continuer à renforcer des moments de partage d’expériences, d’échanges intergénérationnels et de discussions comme celui-ci. « (…) Tant que les femmes n’auront pas une voix, rien ne pourra changer, et pour avoir une voix, il faut des mouvements qui sont actifs, pas de mouvements de nom seulement », a-t-elle dit.

La participation de Saoudata à cet important événement a fait l’objet d’un article publié sur le site Féminin Actu. Lisez le texte complet ici.

Les meilleures pratiques de résilience de la Plateforme Féministe pour la Terre

Il existe une diversité de pratiques qui montrent la richesse du travail territorial mené par les organisations qui composent la Plateforme Féministe pour la Terre (Feminist Land Platform – FLP), un réseau d’organisations qui luttent pour les droits fonciers des femmes dans les pays du Sud.

Nous avons décidé de cartographier ces pratiques pour avoir une vision plus large du travail effectué dans chaque territoire et permettre aux autres communautés d’apprendre de ces expériences et d’adapter des outils et des stratégies à leurs réalités locales.

Les meilleures pratiques de résilience qui ont été cartographiées se concentrent sur quatre domaines thématiques :

a) Droits des femmes aux terres et territoires (outils et processus efficaces) ;

b) Formation politique pour le leadership des femmes ;

c) Agroécologie et gestion des forêts, terres et territoires ;

d) Accès sûr à l’eau.

Vous trouverez ci-dessous une représentation visuelle des domaines thématiques inclus dans le travail de chaque organisation, suivie de plus d’informations sur chacun des domaines thématiques et d’une liste de pratiques.

Domaines thématiques

Agroécologie

L’agroécologie a été appliquée de diverses manières et s’est avérée être une alliée solide dans la gestion des forêts, des terres et du territoire. Par exemple, les pratiques agroécologiques et la préservation des richesses semencières permettent aux femmes propriétaires de terres et sans terres de disposer de la souveraineté alimentaire et semencière. De plus, les jardins urbains pour l’autoconsommation ont réduit l’insécurité alimentaire dans laquelle les gens se retrouvent en raison de la perte de leurs moyens de subsistance. L’aménagement et l’entretien des jardins urbains répondent à plusieurs besoins contemporains : renforcement communautaire, amélioration paysagère, habitabilité urbaine, loisir, éducation à l’environnement, utilisation des eaux pluviales, amélioration de l’économie et de l’autonomie alimentaire. Des efforts d’agroécologie ont été menés par Fundación Plurales, Espaço Feminista, Luna Creciente, MUDECI, TIN HINAN et UBINIG.

Droit à la terre et aux territoires

Les femmes se sont battues pour accéder à leurs droits à la terre en utilisant une variété de stratégies pour garantir leur capacité à continuer à lutter et à contribuer aux communautés où elles ont choisi de vivre. Ces outils et processus réussis impliquent l’accès aux droits légaux et l’élaboration de politiques publiques sensibles à la culture et au genre et conformes à la pertinence des processus historiques de résistance. Les initiatives incluent l’utilisation de la technologie pour collecter des données qui prouvent depuis combien de temps les femmes occupent leurs terres et leurs logements, les cas d’expropriation, ainsi que la collecte de données qui contribuent à renforcer la sécurité et l’autonomie des femmes sur leurs territoires. Ce domaine thématique a été mis en œuvre par cinq organisations FLP en Amérique latine (Fundación Plurales, Espaço Feminista) et en Afrique (Fórum Mulher, AZUL et PWESCR).

Adaptation climatique

Le changement climatique est devenu une menace majeure pour l’humanité. En conséquence, les catastrophes naturelles, les sécheresses et la pénurie de ressources naturelles sont devenues monnaie courante dans le monde. Bien qu’il ait touché tous les pays, le changement climatique a eu un impact plus important sur les plus pauvres et les plus vulnérables. « Les conséquences du changement climatique incluent, entre autres, des sécheresses intenses, la pénurie d’eau, de graves incendies, l’élévation du niveau de la mer, les inondations, la fonte des glaces polaires, des tempêtes catastrophiques et une diminution de la biodiversité » (Nations Unies). Des initiatives axées sur l’accès sûr à l’eau pour faire face au changement climatique ont été menées par Fundación Plurales, Luna Creciente et TIN HINAN.

Plaidoyer

Si l’on considère que tout choix est un acte politique, alors la conscience politique est un outil essentiel pour transformer le monde. La formation politique est l’un des principaux moyens de promouvoir les discussions et la compréhension des différences visant l’équité. Lorsqu’il est orienté vers la promotion de l’autonomie et de l’autonomisation des femmes dans différents aspects et niveaux, il devient l’un des piliers des processus d’émancipation des féminismes. Des formations politiques pour les initiatives de leadership des femmes ont été réalisées par Fundación Plurales, Espaço Feminista, Luna Creciente, Fórum Mulher et PWESCR.

Gouvernance

Ce domaine thématique est souvent dérivé de la formation politique des femmes leaders. Il permet une visibilité et une perspective politiques, d’un contexte général à un contexte particulier dans les communautés. Il cible des actions pour lutter contre les violations commises par des acteurs qui contribuent directement ou indirectement à la crise climatique et aux dommages causés aux territoires et aux corps des femmes. Par conséquent, les stratégies les plus efficaces pour promouvoir une telle gouvernance passent par le développement de programmes d’intervention communs qui influencent directement la capacité des femmes à occuper des postes de pouvoir. Cela leur permet de prendre des décisions éclairées qui ont des impacts positifs sur leur droit à la terre et au territoire et augmente leur capacité de faire face aux menaces auxquelles elles sont confrontées comme résultat des changements climatiques. La participation politique des femmes – à travers le leadership qu’elles exercent dans leurs communautés et dans la relation qu’elles établissent avec les pouvoirs publics – est essentielle pour assurer la gouvernance du territoire communal. Les organisations de la FLP travaillant sur cette question incluent Espaço Feminista, Luna Creciente, TIN HINAN et PWESCR.

Meilleures pratiques de résilience

Pays : Mali

Organisme : TIN HINAN MALI

Personne responsable : Fadimata Walet Abdalah

Pratique : Participation des femmes de Banguikogho à la gestion de leur espace forestier.

Pays : Maroc

Organisation : AZUL

Personne responsable : Amina Amharech

Pratique : Application au recouvrement des cas de spoliation.

Pays : Tanzanie

Organisation : Conseil des femmes pastorales de Tanzanie

Personne responsable : Ruth Kihiu

Pratique : Faire progresser les droits fonciers des femmes autochtones dans le nord de la Tanzanie.

Pays : Argentine

Organisation : Fondation Plurales

Personne responsable : Marta Esber

Les pratiques:

• Formation à l’intersection de la justice environnementale et du genre.

• Accès à l’eau potable

• Reboisement et pratique productive avec le caroubier.

• Programme des femmes défenseures de l’environnement.

Pays : Brésil

Organisation : Espaço Feminista do Nordeste para Democracia e Direitos Humanos

Personne responsable : Anamaria Melo et Natali Lacerda

Les pratiques:

• Inclusion productive des bases agroécologiques – renforcement de l’autonomie et de l’identité des femmes rurales : agroécologie, souveraineté alimentaire et réseau de femmes productrices.

• Formation politique féministe et antiraciste – renforcement de l’identité et l’autonomie des femmes à travers des processus de formation et le renforcement des réseaux.

• La régularisation foncière comme garantie du droit des femmes à la terre – Renforcement de la sécurité et de l’autonomie individuelle et collective des femmes.

Pays : Equateur

Organisation : Movimiento Nacional de Mujeres Luna Creciente

Personne responsable : Clara Merino

Pratique : Formation politique pour les organisations de femmes en Équateur

Pays : Mexique

Organisation : Mujeres, Democracia y Ciudadanía A.C.

Personne responsable : Elsa María Arroyo Hernández

Pratique : Centre de formation en agriculture urbaine

Pays : Bengladesh

Organisation : UBINIG (Policy Research for Development Alternative)

Personne responsable : Farida Akhter

Pratique : Pratiques agroécologiques Nayakrishi et préservation de la richesse semencière

Les meilleures pratiques de résilience de Luna Creciente (Equateur)

« La formation politique pour les organisations de femmes en Équateur » est l’une des meilleures pratiques de résilience développées par l’organisation Movimiento Nacional de Mujeres Luna Creciente, de l’Équateur, l’un des membres de la Plateforme Féministe pour la Terre (FLP).

Le travail de Luna Creciente a été extrêmement pertinent pour l’autonomisation des femmes leaders sur les connaissances politiques, les mécanismes et les outils pour conduire les processus de développement local en fonction de leur propre culture et de leurs objectifs.

« Luna Creciente rassemble plus de 300 organisations de femmes de secteurs populaires, avec une grande diversité d’âge, de nationalité et de situation géographique, englobant toutes les régions de l’Équateur », explique Clara Merino, directrice exécutive de l’organisation.

FLP a cartographié certaines des meilleures pratiques de résilience de nos membres afin que d’autres communautés et organisations puissent apprendre et adapter des outils et des stratégies à leurs réalités locales. Cet article fait partie d’une série de textes détaillant les pratiques de chaque organisation. Consultez notre blog pour lire les autres !

Formation politique pour les organisations de femmes en Équateur

Œuvrant pour le plaidoyer et l’incidence dans les municipalités, cette pratique a été conçue par Luna Creciente pour inclure des activités qui stimulent l’échange de connaissances, de valeurs culturelles et de traditions entre les différents groupes d’organisations de femmes qui y participent.

Environ 4 500 femmes de 322 communautés de 6 provinces de différentes parties de l’Équateur (côte, montagnes et région amazonienne) ont déjà bénéficié de cette pratique, qui a débuté en juin 2001.

Les activités réalisées par Luna Creciente comprennent :

● Écoles nationales et locales de formation politique et féministe, santé intégrale, droits des femmes et analyse de conjoncture.

● Cartographie complète de chaque province et/ou communauté dirigée par des femmes de la base.

● Congrès nationaux une fois par an (lorsqu’elles disposaient de ressources économiques plus importantes, ils se tenaient jusqu’à 3 fois par an et dans différentes provinces).

● Des espaces d’analyse des ODD, du changement climatique et de la situation locale, nationale et internationale.

● Petites entreprises économiques et permutation.

● Défense des droits fonciers des femmes avec les hommes, notamment les jeunes, ayant déjà constitué trois groupes de défense foncière et d’appui aux organisations féminines.

Cela a été considéré comme une pratique exemplaire qui inspire les autres membres du FLP et les organisations de défense des droits des femmes en général, car cela a permis la croissance du mouvement Luna Creciente et a contribué à l’autonomisation des femmes, à accroître le respect de leurs familles et de leurs communautés et à promouvoir une plus grande prise de conscience sur les droits des femmes et des communautés appauvries.

La pratique se développe fondamentalement dans les communautés autochtones (68% autochtones, 7% quilombolas et 25% métis) composées de femmes organisées. La valorisation et le respect des diverses cultures et traditions et leur participation à un mouvement national ont été fondamentaux dans ce processus.

« Notre École de formation politique féministe a promu, tout au long de toutes ces années, la confluence, la compréhension et le travail politique organisé des femmes de différentes organisations qui se battent pour la terre et les territoires, considérant également notre corps comme le premier territoire », explique Clara Merino.

Pour développer les actions, Luna Creciente a compté sur le partenariat de la Coalition nationale des femmes de l’Équateur et de la Plate-forme plurinationale des femmes et des féministes, en plus du Mouvement indigène, du Mouvement des travailleurs, des médias alternatifs et d’autres organisations féministes.

Parmi les résultats des travaux, Luna Creciente a souligné l’affirmation des propositions et l’applicabilité des droits aux gouvernements locaux et en collaboration avec d’autres organisations à certains espaces du gouvernement, de l’Assemblée nationale et de l’État.

Dans la situation politique actuelle de l’Équateur, l’extractivisme, les lois contre les femmes et les peuples pauvres et les différents types de violence se multiplient. Par conséquent, des actions comme celles-ci sont extrêmement importantes dans la lutte pour une société juste et égalitaire.

Les meilleures pratiques de résilience de Tin Hinan (Mali)

La Plateforme Féministe pour la Terre a cartographié des meilleures pratiques de résilience de nos membres, afin que d’autres communautés et organisations puissent apprendre et adapter des outils et des stratégies à leurs réalités locales.

Cet article fait partie d’une série d’articles détaillant les pratiques de chaque organisation. Consultez notre blog pour lire les autres !

Titre de la pratique : Participation des femmes de Banguikogho à la gestion de leur espace forestier.

Les femmes de la communauté Kel Tin Touhoun de Banguikogho commencent à implémenter leur droit sur la gestion du territoire et en particulier du domaine forestier et des droits des femmes en général (propriété intellectuelle, partage des bénéfices).

Localisation : La population est localisée sur le site de Banguikogho, qui est situé à 17 km du Gargando (capitale de la commune) cercle de Goundal, région de Tombouctou. La tribu est située dans une vallée entre la petite montagne touristique Tin houn imalolnenene (les tours blanches) et une zone forestière de Grewia tenax, Grewia.

Bénéficiaires de la pratique : Environ 1 000 personnes, selon la mairie de Gargandao et le gestionnaire du site de Banguikogho. Les femmes représentent 50% de la population, soit 500 personnes dont les jeunes. Eleveurs nomades, elles pratiquent le maraîchage pendant les périodes hivernales, la cueillette et la chasse traditionnelle.

Date de début : La communauté a commencé à s’organiser pour sa survie et la protection de son environnement vers 1999.

Communautés impliquées : Toute la région de Tombouctou et en particulier la zone où se trouve Banguikogho connaît des sécheresses récurrentes qui détruisent la biodiversité, notamment les arbres, les plantes et les animaux. Les points d’eau se tarissent. La communauté a commencé par plaider pour l’eau. Ils n’avaient pas accès à l’aide humanitaire des agences des Nations Unies et des institutions gouvernementales. Le soutien limité fourni par Living Earth, Tin Hinan/FIMI n’a pas été en mesure de résoudre définitivement ce problème. De 2011 à nos jours, un groupement de femmes et de jeunes femmes de Banguikogho s’est constitué pour renforcer son rôle dans la gestion de leur environnement et espace forestier. Au tout début, les femmes, malgré le rôle traditionnel qu’elles jouaient dans la protection de la biodiversité et de l’environnement, restaient invisibles et sans voix.

Partenaires ou alliés pour l’initiation et le développement de la pratique : Tin Hinan et Les Eaux et Forêts. Le FIMI était un partenaire de mise en œuvre du projet sur les savoirs traditionnels.

Description de la pratique : Les aspects à retenir de la bonne pratique du site et des femmes de Banguikogho sont principalement axés sur l’atténuation des effets du changement climatique à travers les savoirs traditionnels des femmes pastorales et l’adaptation au changement climatique.

Résultats :

  • Formation de 30 personnes à Gargando/Banguikogho (Tombouctou, Mali), 15 adultes et 15 jeunes, aux techniques de production végétale et d’entretien des jardins botaniques ;
  • Formation de 20 personnes à la technique de cueillette et de transformation des produits des arbres fruitiers Tarakate et In-fine à Banguikogho.
  • Formation de 30 personnes en marketing, incluant le packaging, l’étiquetage et l’homologation des produits.
  • Participation à l’élaboration d’un compendium sur les savoirs traditionnels.
  • Participation à l’atelier national organisé à Tombouctou sur les processus internationaux de mise en œuvre de l’accord Convention sur la Diversité Biologique, WIPO (un au Mali et un au Burkina Faso). A noter que c’était la 1ère fois que des femmes et des jeunes de cette communauté participaient à un événement hors de Banguikogho.
  • Participation à l’atelier sous-régional d’échange et de formation qui a servi en même temps à la redynamisation du réseau des femmes autochtones d’Afrique de l’Ouest (OAFA).
  • Les acquis du projet ont été capitalisés par le site de Banguikogho car les activités initiées se poursuivent. Tin Hinan continue de collaborer avec le site.
  • La visibilité a été faite à travers une vidéo et des photos. Les femmes de Banguikogho sont bénéficiaires du projet mis en œuvre par Tin Hinan « Femmes pastorales du Sahel en mouvement ».
  • Les femmes de Banguikogho sont donc membres du Mouvement des Femmes Pastorales du Sahel.

Défis : Vaincre l’insécurité avec la présence de groupes fanatiques aux abords de la commune. Les sécheresses et le problème de l’eau persistent.

Des femmes leaders du FLP assistent à la 67e CSW à New York

Des représentantes de sept organisations qui composent la Plateforme Féministe pour la Terre (Feminist Land Platform – FLP) ont participé à la 67e session de la Commission de la condition de la femme (CSW) promue par les Nations Unies à New York (États-Unis). Avec le soutien de la Fondation Ford et en partenariat avec Oxfam International, ils ont vécu une semaine intense d’échanges.

L’un des moments plus importants de la participation du FLP à l’événement a été la table ronde « L’importance des droits des femmes à la terre et aux territoires pour assurer la durabilité environnementale et des conditions de vie dignes », promue par la Plateforme le 7 mars, parallèlement au programme officiel de la CSW.

La table ronde a réuni 31 femmes représentant des organisations féministes d’Amérique latine, d’Afrique du Nord, d’Afrique, d’Europe et des États-Unis, avec traduction simultanée en portugais, anglais, français et espagnol et transmission en ligne.

Parmi les résultats de la réunion figure une version mise à jour de l’appel à l’action rédigé par la FLP à Utrecht en 2019. La déclaration, qui appelle à une union des forces dans la lutte pour la justice de genre et pour le droit des femmes à la terre et aux territoires, a été présentée lors d’un événement organisé par Oxfam le 10 mars.

Les dirigeantes des organisations membres du FLP présentes à l’événement ont été très satisfaites de l’expérience, à commencer par la possibilité de se rencontrer en personne après les années de distanciation imposées par la pandémie de Covid-19.

« Pouvoir être ensemble et échanger en face à face a été extraordinaire et a renforcé notre amitié. Maintenant nous connaissons mieux les spécificités de chacune de nos sœurs », explique Amina Amharech, de l’association Azul (Maroc). Elle a souligné que l’occasion a également permis au FLP de mieux se faire connaître et d’établir de nouvelles relations.

« Un autre point important était la possibilité de renforcer notre partenariat avec la Fondation Ford et Oxfam. Des représentants des deux organisations étaient présents et nous avons eu une excellente synergie. J’espère pouvoir vivre d’autres rencontres comme celle-ci à l’avenir », a-t-elle conclu.

Patrícia Chaves, de l’organisation Espaço Feminista (Brésil), a ajouté que c’était très important de participer à des événements parallèles de la CSW où on a discuté l’importance de l’inclusion numérique des femmes et des jeunes : « nous le faisons déjà dans nos territoires. Ainsi, notre participation a confirmé l’importance de notre travaille sur la question de l’inclusion numérique ».

Concernant la table ronde, elle a souligné qu’il était vraiment gratifiant de faire un événement inclusif, offrant des traductions et de la participation à distance : « C’était un défi, mais nous étions très heureuses, parque que toutes les représentantes du FLP ont pu prendre la parole et exposer leurs idées. L’événement a généré une discussion très riche, qui nous a aussi servi pour notre planification en tant que plateforme. Et après la table ronde, nous avons été approchées par des femmes intéressées en faire partie du FLP, ce qui est merveilleux ».

Elsa Maria Arroyo, de Mudeci (Mexique), était contente d’avoir l’opportunité de faire entendre les voix des femmes de terrain lors d’un événement international organisé par l’ONU : « Cela nous permet, à nous les femmes qui vivons dans les territoires, de faire partie de l’établissement de normes et politiques mondiales qui favorisent l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des enfants », a-t-elle souligné.

Marta Esber, de la Fundación Plurales (Argentine), a aussi souligné que la participation à des événements mondiaux tels que la CSW permet de savoir quels sujets sont à l’ordre du jour des organisations multilatérales, des gouvernements et de la société civile et de savoir si les questions discutées sont effectivement liées aux intérêts et aux besoins les plus urgents des femmes, des filles et des personnes dissidentes, en particulier celles des secteurs les plus vulnérables et précaires.

De plus, Marta était heureuse de pouvoir rencontrer d’autres organisations féministes qui travaillent pour les droits des femmes urbaines autochtones, paysannes, d’ascendance africaine et marginalisées et d’entendre leurs points de vue.

« Nous avons pu voir les coïncidences concernant la gravité de la crise mondiale qui affecte la qualité de vie des femmes, des filles et des personnes dissidentes dans les pays du Sud », a-t-elle commenté, célébrant l’opportunité de renforcer les actions de défense des droits des femmes.

« Nous avons profitée également de l’occasion pour donner de la visibilité à la situation de notre sœur Kamira Nait Sid, d’Algérie, défenseuse des droits humains Amazigh injustement détenue, et aux souffrances que vivent les femmes et les enfants dans les camps de réfugiés de la région du Sahel » , a précisé Saoudata Aboubakrine, de l’organisation Tin Hinane (Mali).

La Mozambicaine Nzira Razão de Deus, de Fórum Mulher, a parlé de l’opportunité d’interagir avec des représentants gouvernementaux du Mozambique et d’autres pays, leur présentant les préoccupations des petites productrices rurales qui font face à des difficultés résultant de l’arrivée des investissements qui ont eu un impact négatif sur leur vie.

« De plus, c’était formidable d’échanger des expériences avec des collègues d’autres pays, d’entendre parler de leurs luttes et de leurs réalisations et de réfléchir ensemble à des stratégies pour faire face globalement au contexte difficile que nous vivons », a-t-elle ajouté.

Clara Merino, de Luna Creciente (Equateur), a fait écho à sa collègue, notant l’importance des échanges entre femmes d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Asie sur les luttes pour les droits des femmes au milieu des crises politiques et économiques vécues dans leurs pays.

« Il était également important de mettre clairement en évidence nos positions de défense de la démocratie et de défenseures de la nature et des droits de l’homme, ainsi que de l’Accord d’Escazú », a conclu Clara.